La pratique du karaté est souvent rude, peu gratifiante. La progression est lente et les écueils nombreux. Elle ne vaut alors la peine que si le pratiquant est heureux sur le tatami. C’est peut-être l’apport de l’Occident à une pratique orientale millénaire. Le dojo de Paris tente de vivre cette règle. Il souhaite que son site web contienne des éléments « techniques » mais qu’il soit, avant toute chose, un lieu de convivialité et d’amitié. Il est un dojo parmi les quelques dizaines de l’association nationale « France Shotokan » dans la tradition du karaté de Me Ohshima, qui sont dispersés dans toute la France. Ce site web a été conçu dans l’esprit de maintenir serrés les liens qui unissent les pratiquants de tous ces dojos.    
Michel Brumeaux