"Batsu" ou "Patsu" veut dire pénétrer, "sai" veut dire un fort, comme un petit château fort. Pénétrer ce fort veut dire en quelque sorte : avoir une sensation d'explosion.

 

Bassai est un kata clé du Shotokan. Tous les kata Heian viennent de Bassai et Kwanku donc c'est une des origines de nos kata. C'est aussi le kata le plus puissant avec ses rotations dynamiques des hanches. Si vous le pratiquez beaucoup de fois, votre corps commencera à se déplacer très dynamiquement.

 

Je pense que tout le monde sait que Bassai vient d'un kata de bo (long bâton). Le long bo va du sol au bout de vos doigts en longueur, si vous étendez votre bras droit au-dessus de vous. Le jo, ou bo court, s'étend du sol à votre aisselle. L'un et l'autre possèdent des techniques très efficaces, réalistes que nous appelons jodo ou bojutsu : techniques de poussée très puissantes, semblables à oizuki, aussi bien que des techniques de rotation, semblables au mouvement d'une batte de base ball. Le pouvoir de rotation vient toujours de la rotation des hanches, jamais des épaules, et l'aisselle toujours connectée aux hanches, et les hanches connectées dans une posture forte.

Bassai conserve les mouvements de hanches du bojutsu. Partout dans Bassai, nous insistons sur des mouvements de hanches dynamiques. Bien que nous ne portions pas de bo, nous exécutons tous les blocages et coups de poing avec une rotation puissante et dynamique des hanches.

Bassai est un bon kata pour vous apprendre comment utiliser vos hanches et vous former pour un vrai combat. C'est aussi un kata très utile pour les personnes avec des corps puissants, mais même très légère, une petite personne qui utilise une rotation dynamique des hanches, peut affronter un plus grand adversaire. Donc, du début à la fin, vous devez être conscient de vos hanches.

Quand vous êtes jeune vous devriez faire autant de Bassai que vous pouvez. Si vous avez l'occasion de venir regarder l'entraînement des ceintures marron le dimanche, vous savez qu'ils font 25 à 50 Bassai chaque dimanche. J'attends que tout le monde fasse 5 000 Bassai avant de se présenter à l'examen du shodan. J'ai trouvé [en 1992] seulement dix ou vingt pour cent de candidats qui l'ont fait 5,000 fois avant de se présenter à l'examen du shodan, et j'espère que plus de candidats rechercheront ce niveau dans le futur.

Tout le monde devrait s'entraîner dans Bassai après avoir appris les kata Heian. Pas seulement les ceintures marron, mais aussi les ceintures blanches qui ont approximativement une année d'entraînement, devraient essayer de mémoriser l'ordre des mouvements et d'utiliser ces plus longues techniques. Pour les débutants, Bassai peut paraître un peu plus compliqué ou long, et vous souffrez en l'apprenant, en revanche quand vous revenez aux kata Heian, ils paraissent très courts et beaucoup plus simples donc vous pouvez les exécuter très exactement. Quelquefois essayez de vous défier en apprenant un kata difficile, puis revenez aux kata plus simples. Votre entraînement vous paraîtra plus facile. Si vous êtes une ceinture blanche qui pratique ce kata, vous devriez commencer à compter combien de fois vous faites ce kata avant que vous ne deveniez ceinture marron, et quand vous devenez ceinture marron, continuez à compter jusqu'à ce que vous passiez le cap des 5 000. C'est comme ça que j'ai appris.

Quand nous pratiquons Bassai, nous insistons sur le mouvement des hanches, des jambes fortes et des mouvements lisses et dynamiques. Soyez sûr que toutes les techniques de rotation et de poussées brutales dans le kata se connectent aux hanches. L'esprit va en premier, alors les hanches et techniques suivent. Si l'esprit n'est pas là, vous pouvez vous blesser le corps. Ceintures noires surtout, concentrez-vous sur la recherche de perfection du travail de hanches.

Souvenez-vous, chaque fois que vous pratiquez, que le début du kata est très important. Originairement, la forme initiale des deux mains voulait dire soleil et lune. La main droite est le soleil et la gauche est le croissant de lune. D'un point de vue réaliste, cela montre aussi qu'un blocage d'une main est beaucoup plus faible qu'un blocage des deux mains. Donc les deux mains ensemble, c'est l'indication.

Quand vous faites le mouvement du début, vous devez employer votre sensation la plus forte. La sensation du blocage est de percer un mur d'adversaires. Pour faire ce mouvement vous devez ramener les bras, en même temps, élever votre genou pour protéger votre corps. Le genou avance tout droit afin que lorsque vous atterrissez, le genou droit et la pointe du pied soient dirigés vers l'avant. Au moment du contact, concentrez la puissance générée par le mouvement dynamique des hanches dans le bras de blocage. La main gauche reste en contact avec le bras droit pendant toute la technique et au moment du contact le majeur de la main gauche touche seulement l'os en dessous du poignet.

Les coups de poing et blocages de l'avant-bras dans la première partie du kata (mouvements 8 à 13) sont dans une posture naturelle. À un moment donné nous pensions que c'était kibadachi, mais réellement la posture est plus haute. Quand Maître Funakoshi, en premier lieu, a appris ce kata, ces mouvements ont été faits comme une attaque suivie par un blocage de soulèvement et d'esquive pour sortir un coup de poing. Maître Funakoshi n'a pas aimé cette sensation de dissimulation ou d'esquive de l'adversaire donc il a changé le blocage et la posture afin que nous montrions une plus grande sensation contre l'adversaire. Maintenant nous faisons le kata en faisant ude uke avec la puissance de rotation des hanches qui va dans l'adversaire et les hanches ont tourné pour protéger les parties inférieures du corps. Dans ce blocage vous devez combiner deux éléments importants. En premier lieu, le blocage est de l'intérieur vers l'extérieur donc vous pouvez faire ce blocage et rester très près de l'adversaire. Deuxièmement, les hanches tournent dans l'adversaire et coupent sa ligne faible afin que les techniques suivantes soient sur votre ligne forte contre sa ligne faible. Aussi, c'est très facile de faire des contre-attaques dans cette position telles qu'empi ou fumikomi.

Le blocage double de niveau supérieur (mouvement 22) doit être fait avec les deux bras qui bloquent ensemble. Les bras montent à une vitesse moyenne avec la respiration. À la fin vous vous concentrez fortement sur le point du blocage avec les deux jointures des doigts qui touchent presque le front.

Quelques mouvements plus tard (mouvement 27) vous avez fait un blocage bas en kibadachi. Ensuite la tête tourne à gauche et vous faites un mouvement ample avec votre bras gauche. Quand vous faites ce mouvement, soyez sûr qu'en le croisant, le bras gauche passe sous le bras droit comme si votre main enlevait la main d'un adversaire qui attrape votre manche. C'est facile pour un adversaire de vous contrôler quand il tient votre kimono, donc vous devez pratiquer ce mouvement pour commencer à comprendre comment se dégager de ce genre de saisie d'un mouvement vif.

Les blocages exécutés presque à la fin de Bassai (mouvements 38 et 39) devraient être fait dans une posture basse. Chaque fois, un genou devrait être plié et l'autre jambe tendue. Les hanches devraient être très basses, par rapport à la hauteur de genou.

Finalement, tous les mouvements doivent aller ensemble avec votre esprit courageux, du sommet vers le bas, avec la sensation de force au bas de l'abdomen (le tanden). Exécutez tous les mouvements sans force dans les épaules. Les coudes ne sortent jamais à l'exception de morote-uke, le blocage supérieur avec les deux mains dans le mouvement 22. Quand vous exécutez morote-uke, les coudes sortent pour ouvrir les mains de l'adversaire, mais après les coudes rentrent.

Reblog this post [with Zemanta]