Tekki veut dire "guerrier armé chevauchant son cheval", aussi imaginez un guerrier, solide, puissant et impossible à détruire qui porte une armure, sur son cheval dans une bataille. Ce genre de compréhension, amène à pratiquer ce kata pour se construire vraiment un corps solide. Un corps masculin et fort est une influence du style Shokei.

 

Les histoires disent que les kata Tekki datent de six ou sept siècles en arrière, mais je n'en suis pas vraiment sûr. Originairement les trois kata Tekki étaient presque comme une forme continue. Il y a quelques années, avant la période de Maître Funakoshi, ils ont été réorganisés et séparés en shodan, nidan et sandan.

Le point le plus important des kata Tekki est la posture forte avec les hanches stables. Ces kata sont conçus pour nous aider à comprendre que kibadachi est la posture la plus forte que les êtres humains peuvent faire, pas seulement solide, puissante et lourde, mais aussi légère, mobile et rapide. Quand vous pratiquez kibadachi, la sensation est que vous êtes très lourd. Personne ne peut vous pousser hors de votre posture. En même temps vous ne devriez pas être si lourd sinon vous ne pouvez pas vous déplacer rapidement. En d'autres termes, votre sensation est solide mais vous pouvez encore vous déplacer très facilement. Deux sensations dans une posture : c'est fou, mais vous pouvez le faire un jour.

Pour moi, kibadachi est la façon la plus facile de comprendre comment toutes nos techniques se connectent avec chaque partie du corps, jambes, pieds, chevilles, et surtout la jambe arrière et le pied arrière. Faire un kibadachi fort veut dire faire un seul bloc (corps et esprit) pour surmonter à fond. Nous reconnaissons notre existence entière comme un, sentons comme un et nous exprimons comme un. Par conséquent, dans ces kata, même la posture simple de kibadachi est importante. C'est difficile de faire un bon kibadachi et cela prend toute une vie pour étudier comment cette posture s'applique dans un combat ou comment elle se connecte avec les blocages, comment connecter les attaques, comment utiliser cette posture devant un adversaire.

Quand vous pratiquez les kata Tekki, concentrez-vous en faisant une posture forte sans force dans les épaules ou dans la partie supérieur du corps. La position de la tête est très naturelle sans tension dans le cou et les épaules, pendant que vos aisselles (hikite) et hanches sont directement connectées à votre posture. Les coudes ne sortent jamais en dehors de la ligne du corps. Cette ligne change, selon la manière dont vous affrontez l'adversaire. Quand vous l'affrontez de face, la ligne de votre corps est les deux lignes des côtés de votre corps par rapport à l'adversaire, et le coude est toujours sur la ligne. Quand vous affrontez un adversaire sur le côté, la ligne est très étroite, mais essayez de mettre votre coude dans cette ligne.

Les kata Tekki étaient les premiers kata d'entraînement de Maître Funakoshi. Il les a pratiqués pendant dix années, rien d'autre mais seulement Tekki pratiqué pendant dix ans, plus de 30 fois tous les jours. Cela veut dire plus de 100,000 kata Tekki et au-delà, il a aussi fait tous les genres d'entraînements du kibadachi pour les perfectionner. Je me souviens entendre Maître Funakoshi qui est allé à la résidence de Maître Anko Itosu à minuit pour pratiquer et est rentré chez lui tous les jours tôt le matin. à voir les Tekki de Maître Funakoshi, nous devrions pratiquer ces kata beaucoup de fois. Les membres Shotokan croient qu'il y a une signification spéciale en pratiquant la posture kibadachi et les techniques de ces kata. Tout le monde, même les ceintures blanches, devraient apprendre les kata Tekki.