Commencer le karaté

Quel est l’équipement nécessaire ?

Commencer le karaté demande un investissement raisonnable : un keikogi, une ceinture blanche et la volonté de venir s’entraîner régulièrement (au moins deux fois par semaine si on veut progresser).

Quels sont les bénéfices pour la santé ?

Le karaté peut être très bénéfique pour la santé avec une pratique adaptée.

De manière générale, le karaté va faire appel à la coordination et l’équilibre. Selon l’âge, la pratique du karaté va apporter des bienfaits spécifiques.

Chez l’enfant, il permet le travail de la latéralisation et de la précision des gestes. Le travail à deux ou en groupe lors des entraînements permet de développer les relations sociales.

Chez l’adolescent et le jeune adulte, le karaté peut avoir des vertus éducatives : il permet de canaliser la volonté et l’énergie, tout en apprenant à perdre, à gagner et surtout à respecter les règles du jeu.

A partir d’environ 40 ans, il permet un entretien physique. Enfin, lorsqu’on avance en âge, la pratique des katas (forme martiale du karaté) est quasiment un traitement du vieillissement neurologique et musculaire. Chez les personnes âgées, la pratique du karaté entretient l’équilibre et la masse musculaire : c’est un moyen de prévention des chutes et par la même des fractures, notamment celle du col du fémur.

Quelles sont les limites d’âge ?

Les enfants peuvent débuter le karaté dès l’âge de 6 ans. A partir de 8 ou 9 ans, ils peuvent acquérir des notions de compétition, avec des katas et du travail à deux. Ils sont évalués en fin d’année (passage de grades). La compétition réelle ne commence que vers l’âge de 11 à 12 ans.

Il est rare de pratiquer la compétition à un haut niveau au-delà de 30 ans. On peut continuer les combats traditionnels ou libre ensuite, lors d’assauts souples. Quant à la pratique des kihons et des katas, il n’y a pas de limite d’âge supérieur.

Le karaté  au Feminin

La pratique des femmes en karaté est récente. Cependant, le karaté est un art martial adapté à la pratique des femmes, souvent plus souple et plus rapide que celle des hommes. Les entraînements sont mixtes et les femmes développent leur propre karaté pour faire face à n’importe quel adversaire. Maître Ohshima insiste sur le fait que les femmes doivent pratiquer en recherchant une efficacité réelle. Elle doivent travailler particulièrement les techniques qui peuvent leur permettre de se défendre contre un adversaire beaucoup plus puissant.

Quelles sont les contre-indications à la pratique du karaté ?

Il existe deux pratiques différentes du karaté : en salle et en compétition. Pour la pratique en salle, les contre-indications sont celles de tout sport. Pour assurer une pratique sereine, un certificat médical est demandé en début de saison à chaque pratiquant. En ce qui concerne la pratique du karaté en compétition, les contre-indications sont plus strictes, les athlètes de haut niveau par exemple suivent des examens plus poussés, afin de déceler notamment les troubles du rythme cardiaque.

Quels sont les traumatismes les plus fréquents ?

Pour la pratique des katas, il n’existe quasiment pas de risques de traumatisme, notamment musculaire, à partir du moment où les surfaces utilisées sont stables et de bonne qualité.

Lors de combats, 80% des traumatismes concernent la face : lésions au niveau des lèvres, du nez, plus rarement l’œil ou l’oreille. Ils sont dus à des coups accidentels et sont rares.

Les traumatismes musculaires ne sont pas rares, mais se limitent souvent à des hématomes. Au karaté, il y a très peu d’entorses ou de lésions articulaires au niveau des chevilles, des genoux, des épaules ou du cou. Parfois, il peut se produire des lésions au niveau de la main : entorses ou fractures des doigts.

Derniers articles

Notre Facebook

Premier passage de grades depuis 2019 pour le Dojo de Paris et premier passage de grades pour plusieurs de nos juniors avec un très bon millésime 2021 ! Un grand bravo notamment à Charlotte, Fatoumata et Julia qui viennent gonfler les rangs des ceintures marron du Dojo et à Arnaud pour son 1er kyu 👊👊👊👊 ... See MoreSee Less
View on Facebook
Une belle participation du Dojo de Paris au Stage Spécial du Grand Ouest qui avait lieu ce week-end à la Frillière avec 15 karatékas plus motivés que jamais qui ont répondu présent pour le premier Stage Spécial dirigé par Sophie Le Bas . Au programme : des entraînements intenses, un dojo magnifique et une belle cohésion de groupe Et un grand bravo à Julia pour son 1er stage ! ... See MoreSee Less
View on Facebook

Et retrouvez aussi toutes les actus de FSK national…

Stages techniques et stages spéciaux

Notre style se caractérise par l’existence de stages dits « spéciaux ». Ils sont présents dans toutes les associations nationales Shotokan Ohshima : au Canada, aux Etats-Unis, en Suisse, en Belgique… Concernant la France, il y a 5 stages de ce type dans l’année : un pour chaque quart du pays, plus un stage national organisé à Vichy. Initialement organisés sur 7 jours, ils sont désormais réduits à 4 jours.

Le stage débute par les retrouvailles, la veille au soir. Les participants viennent des quatre coins de la France. Certains arrivent dans le courant de la nuit. Les participants entrent dans le vif du sujet le lendemain matin : lever au petit matin ! Les cours s’enchainent alors à raison de trois cours minimum par jours (5h00, 14h00, 21h00…. ). Le but d’un stage spécial est de forcer ses participants à se dépasser physiquement et mentalement. Le travail pour améliorer sa technique se fait lors de tous les autres stages, qualifiés à juste titre de «stages techniques».

C’est une épreuve physique (résistance à l’effort, à la fatigue qui s’accumule). Il y a des cours ou l’on effectue par exemple 1 200 techniques, ou encore 80 katas.

C’est une épreuve également mentale : les trois épreuves les plus redoutées sont sans nul doute le « kibadachi » (posture du cavalier) immobile pendant 1h30, celle de « la prière » (les mains jointes devant ces yeux, à genoux pendant 30 minutes) et le « sambon kumité » (cours de 1h30 heures de combat conventionnel qui se finit par ½ heures d’attaques au niveau visage).
Les stagiaires suivent également un cours particulier : 1 000 oizuki dans le noir et en silence. Ce cours est un hommage aux pratiquants d’Okinawa d’autres fois qui n’ayant pas le droit de s’entrainer, travaillaient la nuit secrètement.

Vous trouverez plus de témoignages dans la section retour de stage.

Source :  France Shotokan Caen (AGC)

Coming soon …

Bienvenue dans notre galerie photos France Shotokan Paris !

Cliquez pour voir les photos de 2019

Cliquez pour voir les photos de 2018

Cliquez pour voir les photos de 2017

Cliquez pour voir les photos de 2016

Cliquez pour voir les photos de 2015

Cliquez pour voir les photos de 2014

Cliquez pour voir les photos de 2013

Cliquez pour voir les photos de 2012

Cliquez pour voir les photos de 2011

Notre Dojo en 3 min

Comment s’inscrire ?

Retrouver toutes les informations pour s’inscrire en cliquant sur ce lien. Vous y trouverez tous les renseignements nécessaires (montant de cotisation, fiches d’inscriptions, etc.)

Horaires des cours adultes :

  • Tous niveaux : Mardi 20h-22h, Jeudi 20h-22h, Samedi 10h-12h
  • Ceintures marrons et noires : Lundi 20h-22h
  • Ceintures noires à partir de Nidan : Mercredi 20h-22h
  • Entraînements libres : Lundi 18h-20h (seniors), Samedi 12h-14h, Dimanche 10h-13h

Horaires des cours enfants & ados :

  • A partir de 12 ans : Samedi 11h-12h30
  • A partir de 6 ans : Samedi 13h-14h

Tous les entraînements ont lieu au Dojo VAUGIRARD-LITTRÉ, sauf l’entraînement libre du dimanche qui a lieu au Dojo MASSERAN

Pour plus de détails cliquez sur le lien suivant pour accéder à notre page dédiée aux cours

Actus

Notre mentalité n’a pas faibli !

Novembre 2021 – Premiers Stages Spéciaux Post Covid et les Parisiens étaient bien là. Que ce soit au Stage de l’Est à Baerenthal dirigé par Yvan Zitzer, Godan FSK, ou au Stage du Grand Ouest à la Frillière, dirigé par Sophie Le Bas, Yodan FSK, les Parisiens ont démontré que la mentalité de notre école n’avait pas […]

La rentrée c’est maintenant: Reprise le 2 septembre !

Septembre est là et avec lui c’est la reprise ! Après une saison 20/21 marquée par une interruption de longue durée au dojo, nous avons continué les entraînements à distance et en video. Un beau succès malgré les conditions difficiles et chacun a pu travailler et progresser. Donc il est clair que nous avons hâte de vous […]

Quel est l’équipement nécessaire ?

Commencer le karaté demande un investissement raisonnable : un keikogi, une ceinture blanche et la volonté de venir s’entraîner régulièrement. Deux entraînements par semaine sont nécessaires si on souhaite progresser.

Pour un cours d’essai venez simplement avec votre motivation et des affaires de sport.

Quels sont les bénéfices pour la santé ?

Le karaté peut être très bénéfique pour la santé avec une pratique adaptée.

De manière générale, le karaté va faire appel à la coordination et l’équilibre. Selon l’âge, la pratique du karaté va apporter des bienfaits spécifiques.

Chez l’enfant, il permet le travail de la latéralisation et de la précision des gestes. Le travail à deux ou en groupe lors des entraînementspermet de développer les relations sociales.

Quelles sont les limites d’âge ?

Les enfants peuvent débuter le karaté dès l’âge de 6 ans. A partir de 8 ou 9 ans, ils peuvent acquérir des notions de compétition, avec des katas et du travail à deux. Ils sont évalués en fin d’année (passage de grades). La compétition réelle ne commence que vers l’âge de 11 à 12 ans.

Il est rare de pratiquer la compétition à un haut niveau au-delà de 30 ans. On peut continuer les combats traditionnels ou libre ensuite, lors d’assauts souples. Quant à la pratique des katas, il n’y a pas de limite d’âge supérieur.